CGT Bouches du Rhône - 01/09/2010

7 septembre 2010, tous en grève et dans la rue !



Le gouvernement et le patronat ont la ferme volonté de faire payer la réforme des retraites aux seuls salariés et retraités, report de l’âge légal à 62 ans, recul de 65 ans à 67 ans de l’âge ouvrant les droit aux taux pleins, allongement à 41,5 de la durée de cotisation, sans reconnaissance de la pénibilité au travail.

Totalement injuste, ce projet fait reposer 85 % de l’effort financier sur les seuls salariés.
Les différentes mesures de recul de l’âge de départ conduiront à ce que d’ici 2016, un million d’emplois ne soient plus disponibles pour les jeunes arrivant sur le marché du travail.

Comment peut-on demander aux salariés de travailler plus longtemps alors que les jeunes subissent un taux de chômage de 20% et que 2 salariés sur 3 n’ont plus d’emplois avant 60 ans ?
Ce projet de réforme des retraites, parmi la plus brutale d’Europe, est conçu pour répondre aux injonctions des marchés financiers au détriment de l’emploi et de la consolidation du système de retraite par répartition.

A l’heure où se révèlent les collusions entre le gouvernement et le monde des affaires, le gouvernement tente de faire diversion à travers des discours, dignes de l’extrême droite, en stigmatisant des communautés et des groupes sociaux entiers afin de détourner l’attention des citoyens sur l’ensemble des réformes mises en oeuvre par celui-ci et qui aggravent les conditions de travail et de vie de l’ensemble de la population.
Face à ces tentatives de division, ne nous laissons pas berner par ce gouvernement.

Le 7 septembre 2010, jour de l’ouverture du débat à l’Assemblée Nationale sur le projet de réforme des retraites, mobilisons-nous massivement pour exiger d’autres choix de société, en termes de salaire, d’emploi, de retraite.

Les chiffres de la rentrée :
- 22,6 milliards d’€ c’est le coût du projet de réforme des retraites pour les salariés.
- 4,4 milliards d’€ c’est le montant de la participation symbolique demandée par le gouvernement aux entreprises et hauts revenus pour les retraites.
- 20 milliards d’€ c’est ce que rapporterait, en euros, la mise à contribution des revenus financiers des entreprises, s’ils étaient soumis à la cotisation retraite patronale. (C’est aussi en dollars, le montant estimé de la fortune personnelle de Liliane Bettencourt ! )
- 10 milliards d’€ c’est selon la Cour des Comptes ce que peut rapporter pour les retraites la mise à contribution des revenus non soumis à cotisation (intéressement, stock option participation…).

Le 7 septembre avec l’ensemble des organisations syndicales,
unies pour un autre avenir, pour le progrès social.

Manifestation 10h30 - Vieux Port
Rendez-vous 10 h Place Estrangin

emailVersion imprimable de cet article imprimable