CGT CERA - 22/04/2010

Est-ce ainsi que les hommes doivent vivre ?



Dialogue entre des délégués du personnel de la Cera après plusieurs visites d’agences et de nombreux contacts avec les salariés :

- Tu as entendu tout ce qu’on nous a dit depuis le début de l’année ?
- Oui, c’est grave.
- On ne peut pas passer sous silence, toutes ces dérives, ces dérapages, ces atteintes aux droits des salariés.
- Oui, mais attention il faut penser à protéger les salariés à ne pas les exposer à des attaques encore plus violentes. Ils ont assez de difficultés comme ça.
- D’accord, mais nous serions coupables de taire de telles pratiques, d’avaliser un tel engrenage destructeur.
- Oui, tu as entièrement raison, les bornes sont dépassées. On ne peut pas (plus) se taire.
- Ce n’est pas de partout, pas tout le temps, mais cela devient de plus en plus prégnant.

-  Atteinte à la dignité des salariés :
Des collègues hommes et femmes sortent en pleurs de certains EMI ou évaluations, soit disant ne sachant pas (ou plus) travailler, ne faisant plus « l’affaire ».
Vous en connaissez peut–être. Nous, on nous l’a dit.

-  Atteinte à la condition féminine :
T’es enceinte, c’était pas prévu, il va falloir que tu nous démontres que tu garde la même motivation !!!
ou bien,
De toute façon, toi, t’es toujours absente......mais j’étais en congé maternité est-on obligée de rectifier… presque en s’excusant.
Vous l’avez peut-être vécu ou entendu. Nous, on nous l’a dit.

-  Atteinte au droit fondamental de prise de congés :
Si tu veux tes congés, il faut remplir ton agenda, il faut réaliser tes ventes, il faut être performant sur le phoning. Les congés, ça se mérite !
Vous l’avez peut-être vécu ou entendu. Nous, on nous l’a dit.

-  Atteinte au droit du travail :
Ton agenda est presque vide, tu prends 1 journée ou une ½ journée de RTT.
Vous l’avez peut-être vécu ou entendu. Nous, on nous le rapporte.

-  Atteinte au rythme de travail et à la capacité de réaliser ses objectifs dans le temps de travail :
Je veux un engagement de 10 ventes/jour ou 50/hebdo (le référentiel métier explose, on tire sur la corde tant qu’on peut).
On est en retard cette semaine, il faut sur-performer (terme qui monte en puissance).
Les horaires de travail à mettre en rapport pour réaliser ces objectifs, on n’en parle pas.
Vous le vivez peut–être. Nous, on nous le dit.

-  Atteinte à la santé des salariés, tout simplement :

  • Combien d’entre nous sont épuisés moralement et physiquement, ressentent des douleurs musculaires (dos, cou, jambes….) forcément liées au stress ?
  • Combien d’entre nous passent petit à petit dans l’obsessionnel : on y pense la nuit, le week-end. On a « la boule au ventre le mardi matin » ?
    Vous connaissez peut-être ces symptômes. Nous, on nous en parle souvent.

-  Briefing du matin, heure du jeudi :
Combien de fois, on vous félicite ?
Par contre, combien de fois on vous dit que vous êtes en retard, que l’écart au 1er s’accroît ?
Quelque fois, on va même jusqu’à vous demander ce que vous avez « foutu » la veille pour avoir si peu de production ?
Vous le vivez tous, puisque tout le monde nous le dit.

-  Suivis commerciaux :
Ils fleurissent pratiquement de partout (en plus d’Hélios et de la Gerc), le suivi à la « culotte », la culpabilisation par les chiffres. Plus aucune autonomie dans le travail.
Vous le vivez certainement, puisque pratiquement tout le monde nous montre ces tableaux.

Toutes ces atteintes à notre vie professionnelle et par conséquence à notre vie personnelle ont toutes le même objectif nous faire réduire en permanence l’écart des résultats avec le 1er.

C’est ça le Benchmark.

Une machine impitoyable dont l’objectif n’est axé que sur un unique dogme : rattraper le 1er, le dépasser et s’arc-bouter pour ne pas être à son tour dépassé…. et ceci en permanence …. pas une fois pour un challenge….pas une fois pour une campagne commerciale… En permanence.

Pour obtenir les résultats escomptés, la méthode employée est très souvent à la frontière d’un harcèlement déguisé par le cumul des atteintes quotidiennes à notre vie professionnelle.

Il faut une sacrée santé morale et physique pour tenir des mois et des mois à ce rythme, avec cette pression et ce cumul d’atteintes.

Rapport d’un médecin du travail de la Cera : « les performances attendues et mesurées par le Benchmark sont celles d’un agent idéal, dynamique, bien formé, en pleine forme physique et psychologique vivant par ailleurs dans un environnement sans problème. »

Autant dire personne… parce qu’il y a la vie.

Ne pas rester isolé (e), c’est encore plus vrai aujourd’hui qu’avant.
Personne n’est (ou ne sera) épargné (e)
Préparons–nous à réagir collectivement et intersyndicalement.

emailVersion imprimable de cet article imprimable