CGT CEPACRGM - 16/07/2009

Projet de licenciement en CELDA : déclaration au CE du 16 juillet 2009



Marseille, le16 07 2009

Nous sommes inquiets et scandalisés des motifs de licenciement utilisés à la CE LDA contre des salariés d’une grande rectitude et honnêteté mais aussi des propos injurieux et dangereux du président du directoire LDA éructant que ses salariés étaient » génétiquement incapables de s’adapter ».

Comme on dit : le ridicule ne tue pas !

Nous mettons lourdement en garde contre de tels propos que nous n’entendons nullement laisser passer.

Nous affirmons que toute femme ou homme normalement cultivé et sainement sensible à l’autre, ce moi-même, sait pertinemment que dans la vie réelle ce ne sont pas les éléments de base ou d’origine, gêne ou race, qui déterminent les qualités et les défauts (couples de contraires ne pouvant exister l’un sans l’autre comme la montagne sans la vallée) des femmes et des hommes de nos entreprises, de notre pays, l’humanité elle-même, encore moins leur sens professionnel, celui de l’honnêteté ou leur liberté de penser.

Après le mépris pour les salariés dans leur ensemble, le licenciement de l’un d’entre eux , la mise à pied de l’autre pour « une trop grande liberté d’esprit », nous retiendrons liberté, pour » une opposition délibérée et permanente », nous retiendrons opposition et tout cela parce qu’un soi-disant formateur délégué par une entreprise liée financièrement à Natixis, pour vendre un produit Natixis a échoué à convaincre un client et que notre collègue, logiquement et honnêtement a repris la main pour sauver les meubles en proposant un produit caisse d’épargne. Et a convaincu… Notre camarade a été licencié pour avoir respecté le client !!

Nous demandons à nos représentants patronaux qui expliquent qu’on ne licencie que pour malhonnêteté, malversation, d’intervenir auprès du directoire LDA pour arrêter cette scandaleuse sanction frappant l’honnêteté d’un homme et celle de tous les salariés.

Nous avons l’honneur de demander aux élus du CEPAC de voter la motion que nous présentons.

emailVersion imprimable de cet article imprimable