Commniqué de la CGT CEN du 28 mai 2009

Part variable des membres du directoire de la CEN : la CGT exige le non-versement des bonus aux licencieurs

salaire,

Le Conseil d’Orientation et de Surveillance de la Caisse d’Epargne Normandie vient d’octroyer une part variable aux cinq membres du Directoire, comprise entre 16 % et 32 % de leurs rémunérations annuelle !

Le Conseil d’Orientation et de Surveillance de la Caisse d’Epargne Normandie vient d’octroyer une part variable aux cinq membres du Directoire, comprise entre 16 % et 32 % de leurs rémunérations annuelle !

Ce qui représente pour le Président du Directoire un bonus estimé à environ 96 000 euros !
(soit autour de 5 ans de rémunération d’un jeune salarié de base débutant au SMIC)

La CGT juge cette décision scandaleuse.

Est-ce la juste rétribution de dirigeants qui ont mis en place un Plan de Sauvegarde de l’Emploi ayant pour conséquence de fermer 19 agences et de supprimer 92 emplois ?

Nous posons la question et ne pouvons que condamner les cupides sans scrupule, les licencieux licencieurs aux poches pleines.

La CGT interpelle le gouvernement : est-ce normal dans un pays républicain q’une entreprise bénéficiant d’aides publiques puisse supprimer des emplois tout en accordant un bonus indécent à ses dirigeants ?
Le décret portant sur les rémunérations des dirigeants d’entreprises aidés est pour le moins méprisé et nous demandons donc sa juste application : le non-versement de bonus aux dirigeants de la Caisse d’Epargne Normandie.

emailVersion imprimable de cet article imprimable