Note nationale 15/2011

Mardi 11 octobre, mobilisez-vous pour imposer un nouveau partage des richesses !

5 octobre 2011

Sous prétexte de rassurer les marchés et de tranquilliser les agences de notation pour, nous disent-ils, sortir de la crise, le gouvernement et le patronat veulent imposer encore de nouvelles mesures d’austérité.

Ce sont les salariés qui sont encore une fois appelés à payer la facture.
La contribution, à leur demande, des plus riches relève de la symbolique voire d’une charité teintée de mépris.

C’est ce diagnostic qui a conduit 5 organisations syndicales
CGT, CFDT, FSU, UNSA et SOLIDAIRES, à décider d’une journée
d’action interprofessionnelle unitaire le 11 octobre
afin d’exiger un autre partage des richesses.

Les salariés des caisses d’épargne ont toutes les raisons d’y participer massivement.
Parce qu’eux aussi subissent :

Depuis plusieurs années leur pouvoir d’achat dégringole, pour beaucoup les salaires permettent à peine de boucler le mois.
Les charges incompressibles (habitation, nourriture, transports, santé,
impôts ne cessent de s’élever).

Alors que la charge de travail explose, l’emploi est réduit à coup de PSE, de réorganisations.
Les experts estiment, au bas mot, à 4500 la perte d’emplois dans le
Groupe d’ici 2013.

Les conditions de travail sont dégradées jusqu’à l’insupportable.
Avec les taxes sur la santé la cotisation MNCE va augmenter
.

Parce que leur intervention, avec les autres salariés, est indispensable pour promouvoir d’autres choix.
Pour relancer la croissance, en respectant les impératifs de développement durable, réduire les inégalités et maîtriser les déficits, une politique visant une autre répartition des richesses et favorisant le développement économique et social est incontournable.
Cela suppose des réformes structurelles importantes comme une réforme globale de la fiscalité intégrant une plus grande progressivité,
une politique industrielle coordonnée au niveau européen, des services
publics de qualité.

Cela appelle aussi des mesures urgentes :

  • abandonner la taxation des complémentaires santé ; supprimer les exonérations et la défiscalisation des heures supplémentaires ; conditionner toute aide publique à son efficacité sociale et économique, aux politiques sociales dans les entreprises.
  • mettre en œuvre la taxe sur les transactions financières.
  • faire de l’emploi, en particulier celui des jeunes, une priorité.
    stopper les suppressions d’emplois dans la Fonction publique.
  • soutenir le pouvoir d’achat notamment des plus bas revenus et rouvrir les négociations salariales dans les entreprises et la fonction publique pour réduire les inégalités notamment entre les femmes et les hommes.

La CGT appelle les salariés des caisses d’épargne
à participer massivement aux manifestations du 11 octobre.