CGT PACRGM - 31/12/2010

Atteinte aux droits et à l’intégrité physique et mentale des personnes : le DUC repositionné



La CGT a été alerté par un certain nombre de salariés, d’agissements sous forme de pressions, insultes, humiliations répétées, reproches incessants, qui s’apparentent à du harcèlement moral, de la part de leur supérieur hiérarchique
Comme le prévoit le code du travail dans son article L.2313-2 nous avons demandé à l’employeur de procéder sans délai à une enquête conjointe afin que des mesures soient prises afin de mettre un terme à ces agissements.

Il faut savoir que nos représentants avaient déjà été alertés par le comportement de ce manager lors de son affectation comme Directeur d’agence et que ces agissements avaient été signalés à sa hiérarchie de l’époque. On peut donc s’interroger sur les nominations successives dont il a bénéficié sur des agences plus importantes malgré un comportement incompatible avec la fonction.
L’attitude de ce manager aujourd’hui, ne fait que confirmer son inaptitude à occuper des fonctions d’encadrement de salariés.

On peut s’interroger d’ailleurs sur la formation des managers et sur la place que tiennent dans cette formation, les risques psychosociaux.
MAESTRO est l’exemple d’une formation qui, selon comme elle est appliquée, peut générer des situations de ce type.
Nous nous interrogeons également sur le rôle du Directeur de région qui n’a pas été capable de déceler les dysfonctionnements de son collaborateur.
Il était grand temps d’agir et de repositionner ce collaborateur sur un poste sans pouvoir hiérarchique.

Cette affaire est révélatrice de l’ampleur et de la profondeur du mal être qui grandit dans notre entreprise.
Le CHSCT, les délégués du personnel, les organisations syndicales sont des leviers importants qu’il ne faut pas hésiter à actionner dans ce genre d’affaire.
Les salariés qui nous ont contacté ont permis d’éviter le pire.

Au-delà de cette affaire , il faut se donner les moyens de contraindre le Directoire de mettre en œuvre une réelle évaluation et de réelles mesures de prévention de la souffrance engendrées par le travail dans notre entreprise, afin de faire avancer la cause de tous, salariés et victimes.

emailVersion imprimable de cet article imprimable