CGT CEAPC - 20/12/2010

65 emplois supprimés pour faire comme les autres...pour la CGT, c’est NON !



Aucune Caisse d’Epargne n’a plus de deux sites administratifs.
Avec trois sites, Bordeaux, Poitiers, Dax, la CEAPC fera encore exception.
Il n’y a donc aucune raison de conserver Pau et Bayonne.

C’est sur la seule base de ce concept panurgien que, devant les représentants du personnel médusés lors du Comité d’Entreprise du 10 décembre, le Directoire a condamné les 65 emplois de nos collègues palois et bayonnais.
Ainsi des années d’engagement, de compétence, de performance et de motivation du personnel, bien souvent sans compter ni les heures ni les souffrances sont balayées sans aucune considération au simple motif de faire comme les autres.

Faisant fi du principe inscrit par le COS dans le marbre du traité de fusion il y a juste trois ans, de préserver les emplois sur les bassins d’emploi, ignorant ses propres engagements traduits dans le schéma cible d’organisation présenté au personnel fin 2007, le Directoire prend aujourd’hui une décision aussi injuste que dénuée de bon sens.

La transfert de la DSB Crédits Particuliers et de la DSB Successions sur Dax, ou ailleurs car rien n’est à ce jour garanti (et peut-on même croire à une garantie apportée par le Directoire ?), n’a aucun intérêt ni du point de vue organisationnel, ni du point de vue économique.
Déplacer ces services n’apportera aucune amélioration à la qualité, non
remise en cause, de leurs activités ; quant à un éventuel coût de leur maintien sur Pau et Bayonne, il reste limité et du fait du seul Directoire, qui a refusé de maintenir en temps utile la tour Pau-Mermoz en
bon état d’usage, qui a vendu l’immeuble Bayonne-Monnaie pour encaisser des plus-values quitte à payer un loyer qu’il ne veut plus assumer aujourd’hui.

Mais le personnel n’a pas à supporter les errements de la gestion de ses dirigeants.
Si, pour le Directoire, être un employeur socialement responsable n’est qu’un slogan publicitaire, ce concept a pour la CGT un sens vrai qui interdit le sacrifice des emplois sur l’autel de la rentabilité financière.
Être un employeur de référence, c’est avant tout protéger et défendre l’emploi de son personnel dans son environnement de proximité.

La CGT appelle toutes les organisations syndicales à taire leurs querelles de chapelles et à travailler dans l’unité que le personnel appelle de ses voeux pour combattre énergiquement ce funeste projet de casse sociale.

La résistance est toujours plus profitable que la résignation.

emailVersion imprimable de cet article imprimable